SUPER OMEGA 3 ACTIV

Il contient des acides aminés mono insaturés et des acides aminés polyinsaturés, issues d'huile de poisson et d'onagre.

Il a une haute concentration en EPA et DHA.

L'omega 3 by L.R. aide à une alimentation pauvre en cholestérol. Il contient du Beat Glucan.

Il est sans lactose et sans ingrédients manipulés. L'huile de poisson, ne provient pas de poisson issu de l'élevage

EXPLICATIONS

 

 

L'apport en oméga-3, équilibré par un apport en oméga-6 (1 oméga-3 pour 5 oméga-6) semble profiter à la santé.

 

  • Dans les années 1990, une étude a révélé les bienfaits des acides gras du groupe oméga-3 dans le cadre de régimes déficients ou carencés ; la dose quotidienne d'un régime européen était entre 1 et 2 grammes/jour, alors que les oméga-3, acides gras essentiels, sont nécessaires à la construction de la membrane cellulaire et des tissus du cerveau chez l'enfant. Les oméga-3 étaient supposés limiter les accidents vasculaires et sont donc proposés en complément pour la prévention des infarctus du myocarde ; L'étude GISSI IV, publiée en 1999, montre qu'une supplémentation artificielle en Oméga-3 (sous forme de gélules) chez des patients ayant fait récemment un infarctus du myocarde diminue sensiblement leur mortalité. Cela n'a cependant pas été confirmé par une étude plus récente, peut-être en partie par une meilleure prise en charge des patients. De même, l'utilisation d'une margarine enrichie en oméga3 ne semble pas influencer le pronostic des patients ayant fait un infarctus. Chez les patients ayant un antécédent de maladie cardio-vasculaire (en dehors de la phase aigue), l'ajout d'oméga 3 dans l'alimentation n'a pas apporté de bénéfice en terme d'accidents cardiaques.
  • On admet qu'un apport quotidien diminue le cholestérol, améliore la fonction immunitaire, l'hypertension, les fonctions sexuelles et le trio peau-ongles-cheveux. Mais, contrairement à une idée répandue, ces bienfaits sont essentiellement dus à une présence suffisante d'oméga-3 dans l'alimentation ; en d'autres termes, c'est le manque d'oméga-3 qui a des effets négatifs.
  • Les études concluant au bénéfice d'une supplémentation en oméga-3 sont de plus en plus nombreuses, mais la plupart étudient l'influence d'une alimentation riche en ces acides gras polyinsaturés essentiels, et d'autres facteurs peuvent influencer les résultats (richesse en fibres, en vitamines...).
  • Une étude statistique, publiée début 2006 dans le British Medical Journal , stipulait pourtant que, après étude des données relatives à 48 essais randomisés et contrôlés et à 41 études de cohortes, « les oméga-3 ne montrent qu'un léger bénéfice sur la mortalité totale, les événements cardiovasculaire ou le cancer ».
    L'étude soulignait également que les effets positifs de ces acides gras ne peuvent cependant être totalement exclus.
  • Depuis, de nombreuses études (plus de 142) ont démontré les effets positifs d'une alimentation riche en oméga-3 dans l'amélioration de la santé générale (prévention de la DMLA, baisse de l'hypertension, amélioration cognitive, ...) et dans la santé cardiovasculaire en particulier.
  • En 2010, une étude de suivi sur 5 ans de 600 hommes victimes de maladies coronariennes a conclu à une corrélation entre longueur des télomères (longueur mesurée dans les télomères de leucocytes, et qui a moins diminué sur 5 ans, chez les patients de l'étude) et le taux sanguin en Oméga 3 d'origine marine, sans pouvoir prouver de lien de cause à effet (un effet anti-oxydant pourrait peut-être être en cause).
  • Une étude de chercheurs de l'INSERM et de l'INRA a montré que des carences en oméga-3 favorisait les comportements dépressifs